Inside Avocats : des experts en IT

inside

Article paru dans l’édition du 13 mars 2020 du Nouvel Economiste 

Mêler les visions techniques et juridiques, telle est la vocation de ce cabinet de la région lilloise qui intervient sur toute la France en matière de transformation digitale des directions juridiques et sur les enjeux juridiques liés au digital. L’expérience en entreprise de son fondateur, Maître Benjamin Gras, lui permet à la fois d’exercer en tant qu’avocat mais aussi comme consultant pour aider les société à se structurer en interne. Entretien.

 

Quel fut votre parcours avant la création du cabinet en 2018 ?

Après des études de droit orientées droit des affaires et IT, j’ai exercé en cabinet d’avocats et six ans en entreprise en tant que juriste IT, consultant spécialisé en achats informatiques, puis juriste digital chez Auchan. Chloé Neyrand, juriste qui travaille à mes côtés, a fait des études en droit des affaires avec un Master 2 en propriété intellectuelle qu’elle a complété par un Master en droit anglais au Canada (LL.M.). J’ai participé en grande partie à sa formation pendant deux ans chez Auchan.

 

Dans quels domaines du droit accompagnez-vous votre clientèle ?

En droit commercial, un peu en droit des affaires, et dans tout ce qui gravite autour de l’IT et du digital. Beaucoup de nos clients travaillent dans le secteur de l’informatique, mais nous pouvons les accompagner dans différents domaines du droit, et cela avec beaucoup de réactivité.

Notre offre se décline en trois formes d’accompagnement : court terme, moyen terme et long terme. La première répond aux besoins immédiats du client tels que la négociation de contrats informatiques (ayant eu personnellement une expérience avec de gros éditeurs chez Auchan), la refonte des documents contractuels standards, etc.

 

À moyen terme, vous intervenez parfois comme un consultant…

Effectivement puisque nous pouvons faire du détachement au sein d’entreprises, qui nous délèguent leur juridique IT. Cela intéresse notamment nos clients en phase de recherche d’un juriste IT. J’ai également développé une activité de formation, sur la conformité RGPD et sur la gestion du risque contractuel. Ces formations, essentiellement sur mesure, visent à permettre la montée en compétences des juristes de l’entreprise, mais elles concernent aussi les commerciaux, les acheteurs, etc. Nos supports de formation sont adaptés en fonction du public concerné et la vision est très opérationnelle. Notre objectif : que nos clients soient le moins dépendants de nous possible.

 

Enfin, à long terme, vous accompagnez les directions juridiques  dans leur transformation digitale et les entreprises dans leur conformité RGPD…

Assurément, que ce soit pour la mise en place d’un outil de signature électronique, d’outils collaboratifs… Il s’agit d’une vraie gestion de projet, qui peut prendre jusqu’à six mois à temps plein. Nous avons par exemple accompagné un client pendant un an pour sa mise en conformité au RGPD. Cela implique de former les équipes en interne, de mettre en place des méthodologies de travail, voire des organisations entières, et d’effectuer ensuite un suivi. Nos formations sur le RGPD se révèlent extrêmement utiles. En effet, si près de 80 % des entreprises s’estiment en conformité, nous avons pu constater que ce pourcentage serait plutôt en réalité de 20 à 30 % !

 

Sur un marché hypertendu, vous offrez également une solution en matière de recrutement. Quelle est-elle ?

Devant la difficulté actuelle pour recruter un juriste avec une compétence IT, nous proposons aux entreprises de choisir un juriste généraliste, même junior, que nous formons pendant six mois. Au cours de cette période, nous traitons leurs sujets IT. Cette solution s’avère un investissement vite rentabilisé par la société qui dispose dès le départ d’un niveau d’expertise maximum.

 

Votre expérience en entreprise fait toute la différence…

Naturellement, j’en connais les enjeux, les contraintes, les process, le langage. Je crois à la relation partenariale et à la fidélisation du client par l’autonomie. A noter que nous évitons de facturer au taux horaire afin de privilégier la facturation forfaitaire, avec la volonté de donner le maximum de visibilité financière à nos clients. Ainsi se crée le lien de confiance.

Recommended Posts